quelques bases.. pour gagner du temps....

 

 

le principe fondamental de l'âne en société.....: la méconnaissance totale de toute notion de hierarchie!

 

Chez les ânes, pas de troupeau organisé, pas de dominant ou de dominante, pas de hierarchie, le premier à la gamelle c'est juste celui qui aura le plus faim! l'âne ne sait pas ce que c'est que la hierarchie et donc vous ne deviendrez jamais son "maitre". Inutile donc de vouloir se faire obeir!  il fera "la boule", non pas parce qu'il est tétu, mais juste parce qu'il ne comprend pas ce que vous lui demandez!

Donc abandonnons avec lui toutes nos références conscientes ou inconsciente au cheval! l'âne est certes un équidé, mais ce n'est pas un "petit" cheval!

avec l'âne il faut négocier d'égal a égal et lui donner envie de vous suivre.. ce sera alors un merveilleux compagnon et on ouvrier modèle!

 

De là viendra le deuxième précepte de base! avec l'âne, il faut prendre son temps!!tous le temps perdu en éducation est un temps largement gagné après... tout temps trop vite gagné, c'est infiniment de temps perdu après!!

 

Et l'âne à de la mémoire,mémoire de son territoire, memoire de vous, de vos gestes, de votre voix, de vos geste, de votre stature, de votre odeur, de vos vêtements...mais aussi de ses expériences passées!

retour à "élevage éthologique"

Nous sommes allé chercher Rosalie pour agrandir notre groupe d'ânesses. elle vivait dans une sorte de "ferme zoo" avec d'autres ânes (nous prenions tout le groupe) et d'autres animaux... dont des alpagas...

un petit caractère, la Roslie, pas trop manipulée, peu enclin à se laisser manipuler,  peureuse.. mais bon avec du temps les chose s'arrangent.. bien sur, elle craint toujours une peu.. des refus inexpliqués.....

Mais pour elle la vie avance.. saillie, mise bas.. préparation a la traite.. tout va bien malgrè quelquefois ses sautes d'humeur..

sautes d'humeur que j'ai du mal à comprendre

des fois la traite se passe ien, Rosalie est impassible , retire sa jambe arrière, se laisse faire...

d'autre fois elle se dérobe, a peur,  s'agite.. impossible de la traire..

???????

 

Quelques temps après, je reçois une stagiaire et bien sur, comme elle doit  se mettre à la traite je lui signale les sautes d'humeur de notre Rosalie.. "méfie toi quand même"....

elle fait la traite.. tout va bien

un jour

deux jours

trois jours

Tout va bien....

quatrième jour Rosalie réagit ne se laisse pas traire par mademoiselle..à la limite de frapper..

je prend la place... tout va bien

la stagiaire reprend..impossible!!

et là, une idée me vient!(car je connais un peu l'histoire de Rosalie)!

Je demande à ma stagiaire d'aller enfiler un Kway bleu .. elle revient... elle trait

"enlève le Kways!

elle enlève, impossible de traire!!

 

"Euréka" me dis-je, tel Archimède devant son boca!!

plus d'habit blanc quand on trait Rosalie!!... et cela s'est prouvé par la suite!

 

en fait je me suis rappelé:  rosalie vivait proche des alpagas, et parfois, afin de la soustraire au baudet, le propriétaire la mettait dans le parc de ces sales bestioles, qui l'attaquaient systématiquement. la couleur des alpagas etait juste restée fixée dans sa mémoire comme objet de terreur! 

 

Contact.