La traite

La traite... un moment relationel intense

entre l'ânier et ses ânesses...

 

Chaque année deux ou trois ânesses vont rendre visite à Monsieur Théodore, notre baudet... et douze mois plus tard elles donneront naissance à un adorable ânon...

 

Pendant les deux premiers mois  le lait de la maman est entièrement réservé à l'ânon. Au cours du troisième mois  l'ânesse est, petit à petit, mise en situation de traite, avec des prèlèvements  minimes.

 

Enfin, du quatrième au douxième mois, les  mères peuvent être traites en fonction de la demande.  Pour cela il faut séparer l'ânon de la mère quelques heures afin de pouvoir  prélever un peu du lait. Les premiers jours sont toujours un peu difficiles pour les ânons, et les moments de séparations et de retrouvailles ressemblent bien àux premières journées de maternelle...

 

Mais les ânons restent avec quelques vieilles ânesses, profitent des mangeoires savoureuses et jouent ensemble... au bout de quelques jours, il n'y a plus de problème.

 

Nous ne faisons qu'une seule traite par jour pour un prèlèvement moyen de 0,5 litre (maxi 0,75l). La maman compense  ce manque minime (elle produit à la demande) et le petit ânon a tout le lait qu'il lui faut pour grandir... surtout que dès les premièrs jours il machouille déjà quelques brins d'herbe.. pas besoin de compléments spéciaux donc pour bébé, sa maman lui apportant suffisament pour grandir.

 

Nous pratiquons une traite manuelle, en plein champ et sans attache.

Le lait

La petite histoire...

 

Déjà dans la nuit des temps... Bien sûr Cléopatre, reine d'Egypte,  conservait sa beauté par ses bains quotidiens de lait d'ânesse mélé de safran et de miel... créatrice de la première crème cosmétique...   Popée, femme de Néron qui ne se déplaçait jamais sans faire suivre son troupeau d'ânesses pour ses soins quotidiens... Gabrielle d'Estrée, Pauline Bonaparte et bien d'autres après ont utilisé le lait d'ânesse pour leur cosmétique.

 

Mais ce lait n'interessait pas que les femmes soucieuses de leur beauté... il venait aussi palier au manque de lait des mamans et ce jusqu'à la moitié du 20ème siècle. Les orphelinats élevaient des ânesses laitières afin de nourrir les nourrissons abandonnés à leurs soins. Le lait d'ânesse se vendait également (à la tireuse, pourrait-on dire,) dans les rues des grandes villes.

 

Qu'en est-il réellement ?

 

De tous les laits d'origine animale, le lait d'ânesse est le plus proche du lait maternel  humain. Il l'a donc régulièrement remplacé durant toute l'histoire de l'humanité et ce avec le plus grand bonheur. il est une excellent produit de remplacement du lait de vache, produit animal plutôt néfaste pour la santé.

 

Il est vrai que le prix élevé du lait d'ânesse le rend peu utilisable dans les biberons... mais il peut avec intérêt être associé (10%) aux laits végétaux.

 

le lait est utilisé frais pour la savonnerie et les cosmétiques. il peut aussi être vendu à des particuliers et à des proféssonniels, mais en quantité limitée vu notre faible prélèvement.

Les ânesses sont traites au maximum 6 jours par semaine, le plus souvent cinq. Elles ne portent qu'une année sur trois.

Composition et avantages

 

Le lait d'ânesse est très complexe

 

On est loin encore d'en avoir percé tous ses secrets ou découvert tous ses intérêts. Sa capacité de régulateur bactérien pourrait en faire un élément important de soin. Des travaux très positifs  (mais peu relayés par les laboratoires) ont montré son intérêt  dans le traitement d'un certain nombre de maladies comme la siphylis ou la maladie de Krohn. Son intérêt est grand également pour aider a renforcer les défenses imunitaires et les défenses face aux allergies.

 

Cette capacité antibactérienne et régulatrice bactérienne est due au dosage des lysozymes dans ce lait qui est 40 fois plus important que chez les autres mammifères. Cette capacité n'est pas négligeable non plus en cosmétique.

 

Autres grandes qualités du lait d'ânesse

 

Lorsque nous nous lavons, nous éliminons le film hydro-lipidique naturel de la peau. Ce film a pourtant une importance capitale pour lutter contre les agressions extérieures, c'est le dernier rempart contre les pollutions de toutes espèces. Ce film met entre 6 et 8 heures à se régénérer, 6 à 8 heures pendant lesquelles la peau reste sans cette ultime défense. Le lait d'ânesse, présent dans un savon ou une crème va, par sa texture même, laisser sur la peau un film microscopique remplaçant le film hydro-lipidique naturel le temps qu'il se régénère, évitant la  sensation de tiraillement de la peau après la toilette.

 

Riche en vitamines, glucides, céramides, minéraux, acides gras essentiels et phospholipides, le lait d'ânesse utilisé en soin cosmétique est régénérant, structurant, adoucissant, nourrissant et tenseur.  Il conserve à la peau son élasticité et la protège du relachement.

 

Bien sûr, pour  conserver ses qualités, le lait doit être utilisé frais ou à la rigueur décongelé.  Il ne peut pas être chauffé  car il perd ses qualités : les lysozymes, constituant le plus résistants du lait d'ânesse perdent leurs qualités à 160 degrés. La déshydratation par atomisation (la plus répandue) porte la température du lait à 200 degrés et fait donc, de ce lait en poudre(nommé quelquefois pudiquement "équivalent lait frais"), un produit totalement vide d'effet. La déshydratation par lyophilisation paraît plus intéressante car elle ne chauffe pas le lait, mais elle est couteuse et écologiquement consommatrice d'énergie. Il est difficile de dire si cette pratique altère ou non le lait (congélation rapide à -60 et action du vide); il semble que non, tout au moins pour les qualités les plus connues du lait...mais de nombreuses qualités restent à ce jour non étudiées...

 

Elles ont aimé utiliser  le lait d'ânesse

Cléopatre reine d'Egypte.

Popée, femme de Néron

Gabrielle d'Estrée

Pauline Bonaparte

Contact.